Nos conseils pour éliminer efficacement les polluants de l’air intérieur

Rappelons que notre air intérieur est 5 à 9 fois plus pollué que l’air de nos villes selon les études, notamment celles de l’organisme officiel OQAI (Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur). La qualité de l’air intérieur est devenue un enjeu de santé publique dont on peut déplorer qu’il ne soit pas plus relayé auprès de l’opinion publique et que les mesures prises soient trop limitées.

 

L’étude de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire révèle un chiffre alarmant : plus de 20 000 morts par an en France liés à la pollution de l’air intérieur ! En effet de nombreux polluants de notre air intérieur sont classés « cancérigène certain » pour l’homme.

 

Ceci est encore plus important suite à l’apparition du Covid19 qui peut lui aussi être présent dans notre air intérieur. Les polluants de l’air intérieur affectent prioritairement notre système respiratoire et le fragilisent. On sait que ceci renforce les risques liés à ce nouveau virus provoquant des troubles respiratoires.

Quels sont les polluants les plus fréquents

Vous entendez certainement parler régulièrement de COV, les composés organiques volatils. En effet ils représentent la majorité des polluants chimiques de l’air.  Ce sont des dizaines de molécules qui affectent notre santé, le plus tristement connu étant le formaldéhyde. Les COV sont émis en grande partie par les solvants des colles du mobilier, les revêtements de sol, les peintures, mais aussi par les nettoyants ménagers. Lire notre article NETTOYER VOTRE INTÉRIEUR PEUT NUIRE GRAVEMENT À VOTRE SANTÉ 

Attention aux sprays assainissants !

Ecoutez les conseils de 60 Millions de Consommateurs qui met en garde contre leur impact nocif sur la qualité de l’air et qui les considère même comme une pollution majeure de l’air intérieur. Alors surtout si vous sentez une mauvaise odeur dans votre intérieur ne les utilisez pas. En fait, ils libéreraient dans l’air des COV nocifs pour vous et vos animaux domestiques. L’enquête de 60 Millions de Consommateurs a épinglé 46 produits soit la quasi-totalité des marques que vous trouvez en rayon.

Les appareils purificateurs d’air sont-ils efficaces ?

Vous pouvez trouver sur le marché de nombreux appareils fonctionnant selon différents principes : ionisation, photocatalyse… sensés éliminer les polluants chimiques et microbiologiques présents dans l’air intérieur.

L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) estime que leur efficacité n’est scientifiquement pas prouvée. Au-delà, l’Agence indique que certains d’entre eux libèrent des nanoparticules qui vont renforcer la pollution de l’air intérieur.

Certaines plantes seraient dépolluantes

Pour assainir l’air de façon écologique il semble naturel de se tourner vers les plantes. Nombreux sont les articles qui vantent leurs mérites pour capter les composés polluants de l’air intérieur. Ceci est vrai...en laboratoire mais pas chez vous. Ce sont les conclusions tirées par Damien Cuny, professeur en écotoxicologie qui a participé à l’étude scientifique Phytair. Il est formel : « Non, les plantes ne vont pas dépolluer l’air d’une pièce ». En laboratoire les plantes sont placées dans un milieu réduit, confiné et en présence d’une grande quantité d’un type de polluant. Les résultats ne sont donc pas transposables dans votre salon. 

Ventiler votre intérieur pour qu’il respire mieux et vous aussi

Voilà le meilleur conseil, la ventilation de votre intérieur est la seule solution efficace et sans risque pour dépolluer votre air intérieur et retrouver une maison saine. Ceci bien sûr en complément de l’élimination des produits générant des COV comme les nettoyants ménagers utilisant des substances nocives, en privilégiant l’achat de mobiliers étiquetés A, faible émission de formaldéhydes…
Vous pouvez commencer par prendre la bonne habitude d’aérer vos pièces au moins 10 minutes par jour. Ceci limite le phénomène mais ne l’élimine pas. Vous imaginez bien qu’avec 10 mn sur 24 heures, il reste plus de 23 heures durant lesquelles votre intérieur se recharge en COV émis par les peintures, meubles, revêtements de sols…
La VMC semble un des moyens de ventiler votre intérieur mais selon l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur, 60% des installations ne sont pas conformes à l’arrêté de 1982 sur la ventilation des bâtiments et la VMC s’avère la plupart du temps inefficace pour ventiler correctement un intérieur du point de vue de la qualité de l’air. A minima vous devez vérifier l’encrassement des filtres de votre VMC.

La solution la plus efficace est de mettre votre intérieur en surpression et non pas en dépression comme le fait la VMC. Cette technique consiste à insuffler en permanence de l’air propre dans votre intérieur qui va chasser l’air vicié à l’extérieur. C’est le principe de fonctionnement d’une centrale de traitement d’air.

 

Alors si vous souhaitez respirer un air sain chez vous, pensez ventilation par insufflation plus que dépolluants et renseignez-vous sur les Centrales de Traitement d’Air (CTA).