REPORTAGE CHANTIER traitement définitif de l’humidité dans une crèche

Diagnostic et traitements mis en oeuvre pour éliminer l’humidité dans des pièce en sous-sol et une salle d’eau et gestion de la qualité de l’air intérieur

La crèche associative Le Petit Navire située à Versailles accueille 45 enfants de 10 semaines à 3 ans dans des locaux de 800 m² avec le label écolo-crèche.

Murprotec a été mandatée par la direction de la crèche pour réaliser une expertise et déterminer les causes exactes de la sensation de froid et d’humidité, des traces sur les murs, des enduits abimés… Notamment dans une des pièces en sous-sol et une salle d’eau en rez-de-chaussée.

Les bâtiments dans lesquels se situent les locaux de la crèche date de la fin du 19ème siècle et du début du 20ème avec un niveau enterré.

Un diagnostic aux constat alarmants

Dès son arrivée, Didier Verney, Expert Humidité de la Division Pro Murprotec, constate une dégradation des enduits avec des peintures cloquées. Il note par endroit des traces de salpêtre. Les taches sur les murs révèlent la présence d’aspergillus particulièrement ennuyeuse dans les dortoirs lorsqu’on sait leur nocivité sur la santé des jeunes enfants et leur impact sur le développement de pathologies respiratoires comme l’asthme.

Le salpêtre qui semble anodin d’apparence représente un risque important dans une crèche. En dehors du fait qu’il fragilise le bâtiment en désagrégeant par pulvérulence les matériaux, il est dangereux pour la santé des enfants. L’ingestion de salpêtre par les enfants peut causer des troubles digestifs voire des pathologies cardiaques ou de la thyroïde et on sait combien les jeunes enfants adorent tout mettre à la bouche… le taux de nitrate mesuré sur les enduits est supérieur à 250 mg/l !

L’analyse réalisée au protimètre affiche une humidité des murs supérieure à 70%. Rien d’étonnant que malgré des travaux réguliers les enduits soient constamment abimés car chargés de sels depuis des années.

Le taux d’hygrométrie dans la pièce affiche un niveau de près de 70% alors qu’il doit normalement se situer entre 40% et 60% maximum.

Dans la partie située en rez-de-chaussée les constats sont aussi inquiétants avec une humidité en surface des murs de 80% par endroit.

La direction de la crèche a bien fait de prendre l’initiative de ce diagnostic.

Des pathologies à risque pour le bâtiment et ses occupants

La façade arrière de la partie du bâtiment semi-enterrée subit une poussée latérale avec une infiltration due à une absence d’étanchéité. Une mauvaise aération des pièces induit un phénomène de condensation important.

En cause, l’inefficacité de la VMC simple flux en place. C’est assez classique, puisque selon l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur, 60% des installations ne sont pas conformes à l’arrêté de 1982 sur la ventilation des bâtiments et inefficaces pour garantir un réel traitement de l’air intérieur.

Au rez-de-chaussée, la visite d’expertise met en évidence un phénomène de remontées capillaires.

Celui-ci explique les mesures de taux d’humidité à 80% dans le mur à ce niveau pourtant non enterré.

Sur le plan de la construction, la dégradation de la structure liée à une maçonnerie délitée représente un risque majeur de fissures fragilisant le bâtiment à sa base avec les conséquences qu’on peut imaginer à long terme.

Sur le plan de la santé toutes les conditions sont réunies pour multiplier les risques d’apparition de pathologies notamment respiratoires : un taux d’hygrométrie élevé associé à une mauvaise qualité de l’air intérieur. L‘humidité favorise le développement des moisissures qui libèrent dans l’air leurs spores, des particules fines capables de pénétrer dans les bronches, un des polluants biologiques de l’air intérieur. Là non plus il n’est pas étonnant que le diagnostic de la qualité de l’air intérieur se soit révélé assez mauvais. Et quand on sait que les médecins appellent l’association « humidité et pollution de l’air intérieur » le cocktail explosif pour la santé entraînant des allergies, de l’asthme, des maladies respiratoires chroniques !… Dans une crèche qui accueille par définition de tous jeunes enfants au système respiratoire en cours d’évolution, sensible et fragile on comprend qu’il était urgent d’intervenir.

Quels traitements pour retrouver un bâtiment et un air sain ?

Suite au diagnostic et à la visite technique préalable, les équipes Murprotec ont engagé plusieurs chantiers. Une reprise d’étanchéité par l’intérieur dans la partie enterrée, avec la réalisation d’un imperméabilisation de type cuvelage de masse, a été un des premiers traitements mis en place.  

Au rez-de-chaussée une injection de Microémulsion Silicones concentrées MSC+ a permis de réaliser une barrière d’étanchéité.

Enfin, compte tenu de l’importance de la qualité de l’air intérieur dans une crèche, l’expert Murprotec a recommandé l’installation de Centrales de Traitement d’Air, CTA3 dans deux pièces du bâtiment.

Ceci permet également de maintenir un taux une qualité de l’air intérieur idéale.

 Contrairement à une VMC la CTA permet de traiter 100% du volume de la pièce par insufflation. L’air humide et vicié est repoussé en permanence et remplacé par de l’air frais extérieur.

Pour chacune des interventions, imperméabilisation latérale et barrière d’étanchéité, seuls deux jours d’intervention ont été nécessaires. En amont les équipes avaient effectué la dépose du Placoplatre, de la cloison de briques, réalisé le décapage de l’enduit de plâtre et évacué les sacs de gravats.

Murprotec a su adapter son planning pour réaliser le chantier pendant la période de congé scolaire afin de ne pas perturber le fonctionnement de la crèche.

Un contrôle systématique pour s’assurer de l’efficacité du traitement

Selon sa procédure habituelle, Murprotec a réalisé une visite de contrôle après deux mois de séchage afin de s’assurer que l’imperméabilisation latérale était parfaitement stable. Ce contrôle a confirmé la bonne résistance à la contre pression. Le taux d’humidité en surface était devenu inférieur à 8%.

La mesure de l’hygrométrie n’affichait déjà plus qu’un taux compris entre 55 et 58% au lieu des 70% initiaux.

Des tests d’humidité des murs à la bombe de carbure seront effectués après la période d’assèchement sur les maçonneries en élévation.

Cette mesure permettra d’autoriser la remise en état des enduits, tapisseries, peintures…

La crèche a retrouvé un air sain dans un bâtiment sain assurant un environnement sans risque pour les enfants.

Le personnel de la crèche travaillant dans les locaux traités par Murprotec a constaté un air plus respirable, la fin de la sensation de froid et d’humidité… pour un meilleur confort de travail. Une satisfaction partagée par Madame Pommier, Directrice administrative de la crèche Le Petit Navire à l’initiative de l’intervention de Murprotec. Lire le témoignage : https://www.murprotec.fr/pro/blog-pro/temoignage-chantier-creche-le-petit-navire-a-versailles/