LE RADON : obligations et impact sur la santé

Le radon est un des sujets majeurs lorsqu’on parle de santé liée aux bâtiments. Le radon constitue la première source d’exposition pour les personnes à la radioactivité. Il a été reconnu comme cancérigène par l’OMS et cause majeure des cancers du poumon juste après le tabagisme avec 3000 décès par an. Soit pratiquement autant que la mortalité liée aux accidents de la route en France !

Un point sur l’évolution récente des obligations de contrôle et d’information…

Le radon est un gaz radioactif inodore présent dans tous les sols, plus particulièrement granitiques et volcaniques. Il est produit par la désintégration d’un composant de la famille de l’Uranium présent naturellement dans le sous-sol. Dans la nature il est dispersé et ne présente donc pas de danger. Mais c’est très différent dans les maisons. Le radon pénètre par les inévitables interstices, fissures, joints… de la dalle et s’accumule dans l’air intérieur qui se charge alors en gaz radioactif.

Les maisons très bien isolés (construction RT 2012 ou rénovation énergétique) n’évitent pas l’entrée du radon mais augmentent sa concentration dans l’air intérieur, le bâtiment étant plus étanche.

Le décret n°2018-434 a défini le seuil maximal de concentration du radon dans l’air intérieur exprimée en Becquerel (Bq), à 300 Bq / m3. Pour information le taux recommandé par le Canada est de 200 Bq/m3.

Le décret est lié à la définition de zones à potentiel radon. Les zones sont définies de 1 faible potentiel radon à 3 fort potentiel. Pour connaître le potentiel radon d’une commune vous pouvez consulter le site de l’ISRN :

https://www.irsn.fr/FR/connaissances/Environnement/expertises-radioactivite-naturelle/radon/Pages/5-cartographie-potentiel-radon-commune.aspx#carto

Obligation de contrôle dans les ERP

Elle concerne toutes les zones, quel que soit leur classement de potentiel radon. Le contrôle est obligatoire dans tous les établissements d’hébergement d’enfants et d’adultes en situation de fragilité, mais aussi pour les établissements de santé, les crèches, les établissements scolaires…

Puisque l’arrêté est entré en vigueur au 1er avril 2019, ses dispositions sont désormais applicables et les ERP concernés n’ayant pas encore effectué de mesurage radon dans leurs locaux sont désormais en infraction.

Obligation des acquéreurs et locataires

L’article L.125-5 du code de l’environnement prévoit la délivrance, par le vendeur ou le bailleur, d’une information sur le potentiel radon de la commune aux futurs acquéreurs et locataires de biens immobiliers (état des risques naturels et technologiques). Dans les communes à « potentiel radon significatif », l’état des risques naturels et technologiques sera complété, à terme, par une fiche sur le radon, ses risques et les mesures pour réduire l’exposition.

Solutions et conduite à tenir

Il est conseillé bien sûr de limiter les entrées du gaz en réparant les fissures, joints de mauvaise qualité…

Aérer les pièces au moins 10 mn par jour est une bonne pratique globale pour limiter la pollution de l’air intérieur. Il n’en reste pas moins que le bâtiment reste fermé plus de 95% du temps.

Si la concentration reste élevée au-delà de ces pratiques, il peut être nécessaire d’installer une centrale de traitement de l’air qui va permettre de repousser en permanence l’air pollué chargé en gaz radioactif à l’extérieur par insufflation.