Quel lien entre humidité et qualité de l’air intérieur ?

Lorsqu’on parle de qualité de l’air intérieur, on pense prioritairement aux polluants chimiques comme les gaz qui se concentrent dans notre intérieur.  Gaz qui viennent déjà de la pollution de l’air extérieur comme le CO2, l’oxyde d’azote NOx, produits en grande partie par l’industrie et les transports. Des études ont démontré que de nombreux produits présents dans nos habitations dégagent des polluants de l’air intérieur, les fameux COV, composés organiques volatiles. D’un autre côté nous savons qu’une maison humide n’est pas saine. Lutter indépendamment contre la pollution de l’air intérieur et l’humidité serait donc deux combats importants à mener pour une maison saine. Mais existe-t-il un lien entre humidité et qualité de l’air intérieur ?

L’humidité produit des polluants de l’air intérieur

La pollution de l’air intérieur se décompose en 3 grandes catégories. Les polluants chimiques, les polluants biologiques et les polluants physiques. Les polluants de l’air biologiques sont représentés par les poils d’animaux, mais aussi par les organismes vivants comme les acariens ou les moisissures. Le développement de ces derniers est favorisé par l’humidité.

Un environnement humide et chaud permet l’apparition des moisissures. C’est pour cela qu’une maison humide présente fréquemment des murs avec des traces noires qui sont en réalité des moisissures. Les moisissures ne représentent pas directement une menace pour la qualité de l’air intérieur puisqu’elles sont sur les murs mais elles libèrent dans l’air des particules qui vont polluer l’air intérieur. Les moisissures sont des champignons qui pour se reproduire émettent des spores, une sorte de pollen qui va se répandre dans l’air.

Il est bien connu que les matelas sont des lieux de prédilection pour les acariens. Ceux-ci profitent d’un environnement favorable lié à notre transpiration la nuit qui augmente le taux d’hygrométrie. Une température de 25° et un taux d’humidité de 75% représentent le climat idéal pour les acariens. Si votre maison est humide et que le taux d’humidité dépasse le seuil des 60%, alors elle va se peupler d’acariens. Tout comme pour la moisissure ils représentent un polluant indirect de l’air intérieur par leurs déjections.

 

Le lien entre l’humidité de l’air et la pollution de votre air intérieur se fait par le développement des polluants biologiques.

Les polluants biologiques de l’air intérieur nocifs pour la santé

Le problème lié à la présence de moisissures et d’acariens est que ces deux organismes sont à l’origine de la présence de microparticules dans l’air intérieur particulièrement dangereuses pour la santé. Ces particules vont passer dans nos bronches lors de la respiration. Les spores de moisissures sont à l’origine d’allergies respiratoires qui vont de la simple rhinite jusqu’à l’asthme. Elles peuvent créer des bronchites chroniques, des infections sévères des poumons comme des aspergilloses et même des pathologies graves nécessitant une intervention chirurgicale.

Les déjections des acariens et les restes de leur carapace sont particulièrement allergisants. Les maladies qu’ils provoquent sont de même nature que celles dues aux moisissures : rhinite allergique, conjonctivite allergique et dans les formes les plus graves de l’asthme allergique.

Un diagnostic global maison saine

Pour garantir une maison saine, il est donc nécessaire de mener une étude globale qui s’intéresse autant à l’humidité qu’à la qualité de l’air intérieur. Lors du diagnostic Murprotec, votre expert réalise une analyse complète humidité et qualité de l’air intérieur.