L’eau du robinet mise en cause dans les cancers chez les enfants

Le syndicat des eaux de Loire Atlantique vient de mener une grande enquête sur la qualité de l’eau du robinet face à un nombre anormalement élevé de cancers chez les enfants constaté dans le sud-ouest du département depuis 2015. Cette étude a été réalisée sur un an et demi mais les résultats ne sont pas encore divulgués. Pourtant le collectif de parents « Stop aux cancers de nos enfants » demande à obtenir les informations concernant les analyses de l’eau. 800 polluants ont été passés au crible et, par exemple, des phtalates ont été mis en évidence dans l’eau du robinet.

Perturbateurs endocriniens dans l’eau du robinet et risque de cancer

Les phtalates sont utilisés dans le processus de plastification par de nombreuses industries. Le phtalate faire partie des perturbateurs endocriniens majeurs dont une des sources principales d’exposition est l’eau du robinet. Ces substances qui interfèrent avec le fonctionnement du système endocrinien mettent la santé de la personne qui les ingère en danger, mais aussi celle de ses enfants car elle impacte le développement in utero ou la lactation par exemple. Plusieurs perturbateurs endocriniens sont suspectés dans l’apparition de certains cancers. Le Centre International de Recherche contre le Cancer a d’ailleurs mis des perturbateurs endocriniens dans la liste des cancérogènes classés groupe 1, c’est-à-dire dont le rôle dans l'apparition de cancers est avéré.

Qualité de l’eau : pour trouver il faut chercher

Une des questions soulevées par cette enquête est de « savoir comment on peut aller au-delà des normes, pour s’assurer de l’innocuité de la qualité sanitaire de l’eau » indique le vice-président du syndicat des eaux Atlantic’Eau.

Il faut savoir que si les analyses réalisées dans le cadre de cette vaste enquête portent sur 800 substances, dans de nombreuses communes en France moins d’une centaine sont recherchées. De fait, de nombreuses substances pourtant dangereuses pour la santé dans l’eau du robinet ne sont pas identifiées par les analyses officielles !

L’autre élément concerne le seuil de mesure de la présence des substances dans l’eau. Les études démontrent que pour les perturbateurs endocriniens, une infime quantité mais ingurgitée sur une période importante, ce qui est le cas de l’eau du robinet, suffit à générer des maladies.

Seuils et cocktails de polluants de l’eau du robinet

Un groupe de syndicats des eaux se penche sur la question d’abaisser les seuils des normes pour l’analyse de la qualité de l’eau. Des études permettront de déterminer quels sont les polluants qui doivent vraiment être recherchés alors qu’aujourd’hui ceux-ci sont déterminés arbitrairement par les agences régionales et peuvent donc changer d’une région à l’autre.

Un autre sujet important pour éviter les risques potentiels de l’eau du robinet sur la santé est de connaître les effets d’association de certains polluants, ce qu’on appelle l’effet cocktail.

Une étude française concernant la maladie d’Alzheimer a consisté à donner à boire à des souris une eau contenant trois polluants de l’eau, utilisés en agriculture pour lutter contre les moisissures et champignons, dans le respect des normes en vigueur pour valider la qualité de l’eau du robinet. Cette étude a mis en évidence que les souris développent alors beaucoup plus la maladie d’Alzheimer que celles n’ayant pas bu de cette eau. Et pourtant chaque polluant était à des concentrations autorisées par les agences de santé.

Analyses plus poussées et purification de l’eau

Ainsi pour garantir la qualité de l’eau du robinet et s’assurer que l’eau du robinet est sans risque, les chercheurs travaillent sur des analyses par bioessais qui permettront non pas de chercher des composants indépendamment les uns des autres mais de voir si l’eau avec tout ce qu’elle comporte de substances potentiellement dangereuses pour la santé a un effet sur l’organisme, si elle impacte l’activité ou l’intégrité des cellules…

On attend donc beaucoup des résultats de l’enquête sur la qualité de l’eau menée en Loire Atlantique notamment pour comprendre le lien entre l’eau du robinet et l’augmentation des cas de cancers pédiatriques.

En attendant, il ressort déjà que les analyses de l’eau menées actuellement ne peuvent garantir l’absence totale de danger de l’eau du robinet sur la santé. La meilleure façon est donc d’éliminer au maximum toutes les substances indésirables notamment par un système de filtration efficace.

Pour en savoir plus sur les systèmes de purification d'eau, vous pouvez consulter la page consacrée à la centrale de traitement d'eau Clairefontaine.

Vous pouvez demander une analyse de votre eau du robinet si vous avez un doute sur la qualité de l'eau chez vous.