Impact de la pollution de l’air intérieur sur la COVID 19

La pandémie que nous traversons en France depuis janvier 2020 affecte prioritairement et pour les cas les plus graves le système respiratoire. Il est bien connu que la pollution de l’air, elle aussi, touche les bronches. Ceci amène à se poser des questions liées à l’impact de la pollution de l’air intérieur sur la Covid 19. On peut se demander si la qualité de l’air intérieur peut être un facteur favorisant ou aggravant face à la contamination par le virus du COVID ?

La pollution de l’air facteur aggravant de la COVID 19

L’infection par le coronavirus entraîne un syndrome respiratoire aigu sévère, appelé aussi SRAS. La pollution de l’air fragilise les voies respiratoires, il semble donc tout à fait possible qu’elle puisse représenter un risque aggravant. Une étude menée en 2003 publiée dans la revue de santé publique Environmental Health a démontré que les gens respirant un air moyennement ou fortement pollué avaient jusqu’à deux fois plus de risques de mourir d’une affection de type SRAS que ceux respirant un air peu pollué. La Covid 19 fait partie des affections de type SRAS, donc la pollution de l’air augmente le risque sanitaire en cas d’infection par le coronavirus. Il faut se rappeler que l’air intérieur selon les mesures officielles est de 5 à 9 fois plus pollué que l’air extérieur.

La pollution de l’air favorise la propagation du COVID 

Une étude de mars 2020 évoque le lien possible entre la présence de particules fines dans l’air et la propagation du virus de la COVID 19. Le virus se propagerait plus loin et plus longtemps grâce aux particules de pollution présentes dans l’air. Il faut savoir que l’humidité joue un rôle dans la transmission du virus. Une hygrométrie importante dans une pièce par exemple peut permettre au virus de rester actif plusieurs jours. A contrario, si l’hygrométrie est trop basse la muqueuse nasale va perdre de son efficacité notamment pour la filtration des particules inspirées dont le virus de la COVID.

Lutter contre la pollution de l’air intérieur, c’est réduire le risque Covid

Nous passons plus de 80% de notre temps en intérieur. Nous respirons donc bien plus l’air de nos habitations que celui de nos villes. A cause des solvants présents dans les peintures, colles des meubles, des produits ménagers… des Composés Organiques Volatils dangereux pour la santé se répandent dans l’air intérieur. Ils peuvent s’y concentrer et dépasser les doses recommandées sur le plan de la santé.

Cette pollution va fragiliser les bronches de tous les occupants du logement et, comme le démontrent les études vues précédemment, augmenter le risque Covid.

Eliminer la pollution de l’air intérieur par des systèmes efficaces comme les centrales de traitement d’air, les CTA Murprotec, permet de réduire les risques liés au coronavirus.

En savoir plus sur les Centrales de Traitement d’Air Murprotec

 

Un doute sur la qualité de votre air intérieur ? Demandez un diagnostic expert